Site d'Information pour gagner de l'argent à Domicile
    Suivez nos Conseils et gagnez des euros de chez vous ...
    Vous gagnez de l'argent à domicile grâce aux opportunités lucratives que nous avons trouvé ...        

 
 


Avec le cashback, vos achats
 sur le Net vous font gagner de l’argent



Très populaire dans le monde anglo-saxon, cet outil promotionnel consiste à consentir un rabais sous forme d’espèces sonnantes et trébuchantes. Va-t-il enfin décoller en France ?

Un séjour acheté 1.000 euros peut vous en rapporter 100. Rien de très original jusque-là, sauf que si cette offre est issue d’une campagne de cashback, vous allez toucher ces 100 euros en monnaie sonnante et trébuchante : ce rabais ne prendra pas la forme d’une remise sur le prix ni de bon d’achat à utiliser chez le même voyagiste, comme c’est le cas le plus souvent. «C’est cette originalité qui explique son succès : par rapport à d’autres systèmes promotionnels, le cashback reverse de l’argent au consommateur sur son compte en banque», souligne Gilles Nectoux, président d’eBuyClub, l’un des plus gros acteurs français. Libre à lui ensuite de le dépenser comme  il veut, et pas seulement auprès de l’enseigne qui lui a consenti la réduction.

Commissions alléchantes. Détaillons le mécanisme. Pour obtenir ces promotions, le cyberacheteur doit d’abord s’inscrire sur un site de cashback (il en existe une petite dizaine en France). Grâce à des partenariats signés avec des sites marchands, type Amazon ou PriceMinister, le «cashbacker» est en mesure de proposer à ses membres une remise. Car, à chaque fois qu’il leur envoie un acheteur, il touche une commission, par exemple 4% du montant de l’achat réalisé. Plutôt que de garder ces 4% pour lui, il s’en sert pour convaincre les internautes d’acheter les produits du site partenaire. S’ils passent par lui pour effectuer leurs achats, il leur promet un virement sur leur compte bancaire équivalant à, par exemple, 2% du montant de leurs courses – et empoche la différence, soit 2%. Ce qu’aucun site d’e-commerce n’a le droit de faire. Résultat : les internautes gagnent de l’argent en faisant leurs courses.

Sport national outre-Atlantique. Aux Etats-Unis et en Grande-Bretagne, cette pratique est ultrarépandue parmi les cyberconsommateurs, qui réalisent ainsi des économies substantielles. Les sites américains Ebates, BigCrumbs.com et QuickRewards drainent des millions d’internautes et génèrent des dizaines de millions d’achats. «C’est culturel : les Anglo-Saxons adorent les promotions. Aux Etats-Unis, découper les coupons de réduction dans les journaux du dimanche est depuis longtemps un sport national», explique Catherine Barba, présidente de CB Group, un cabinet de conseil spécialisé dans l’e-commerce.

Le cashback est né outre-Atlantique il y a une quarantaine d’années. Ces «rewards programs» (ou programmes de récompenses) sont d’abord apparus en magasin. Aujourd’hui encore, la plupart des banques proposent des cartes de paiement cobrandées avec des enseignes de la grande distribution. Le règlement par American Express dans un hypermarché Costco permet au client de toucher en retour 3% du montant de ses dépenses d’essence (dans la limite de 3.000 dollars par an), 2% sur les voyages et 1% sur tout le reste… Les Américains en sont vraiment friands : l’an dernier, l’enseigne de parapharmacie Walgreens a recueilli 45 millions d’inscriptions en quelques mois sur son nouveau programme baptisé «Balance Rewards».

Source : capital.fr





 

© Faites-des-euros-en-ligne.com - Notice légale - Tous droits réservés reproduction strictement interdite.