Site d'Information pour gagner de l'argent à Domicile
    Suivez nos Conseils et gagnez des euros de chez vous ...
    Vous gagnez de l'argent à domicile grâce aux opportunités lucratives que nous avons trouvé ...        

 
 


Travailler à domicile : avantages et écueils




La Suisse vit jeudi son quatrième Home office day : entrepreneurs et salariés ayant expérimenté ce mode de travail détaillent les avantages à en retirer et les principaux écueils à éviter.



Home office

Des heures de trajet domicile travail évitées, des routes désengorgées d'une partie de leur trafic, des bureaux moins voraces en espace dans des régions où l'immobilier est cher: le télétravail présente de nombreux aspects positifs de prime abord.

Evidemment, toutes les professions ne sont pas éligibles au télétravail. Mais il existe de nombreuses activités où cette formule serait profitable à tous, comme souhaite le faire savoir ses promoteurs à l'occasion du 4e Home office day de Suisse jeudi 13 juin.

Pourtant, s'il est largement pratiqué en Suisse (surtout dans les cantons alémaniques), le travail à domicile reste souvent pratiqué empiriquement, sans que les parties ne s'accordent sur les conditions d'exercice. Pour éviter tout conflit, Daniel Jositsch, président de la Société suisse des employés de commerce (SEC Suisse), recommande de «rédiger par écrit les conventions de télétravail et d'établir des règles contraignantes pour les deux parties».

C'est cette formule qu'ont choisie Nadège Chiaradia et son employeur, un office du tourisme d'une station de montagne en Valais: «Il y a eu un avenant à mon contrat de travail quand j'ai obtenu de pouvoir effectuer 20% de mon temps de travail depuis chez moi. Il spécifiait ce volume horaire, la flexibilité qui m'était accordée pour choisir le jour et un dédommagement pour les frais téléphoniques que cela pourrait occasionner».

Ni fatigue des trajets, ni stress des horaires

Pour elle qui vivait dans la région lausannoise, cette formule constituait une bouffée d'oxygène: «Cela évite la fatigue des trajets, le stress des horaires, et cela offre un peu de calme et de sérénité quand on doit se concentrer ou avoir un entretien téléphonique, sans la présence des collègues».

Pour autant, Nadège Chiaradia recommande de respecter certaines règles: s'astreindre à une certaine discipline horaire, prévenir au bureau de ses jours d'absence, repousser les tentations et distractions éventuelles, s'assurer que l'on est seul chez soi et pas que la présence de proches se révèle aussi perturbante que celle des collègues.

Rester intégré à une équipe

Pas question toutefois de s'enfermer dans une tour d'ivoire: «Je téléphonais régulièrement à mes collègues les jours où je travaillais depuis chez moi, à la fois pour des informations professionnelles mais aussi pour des échanges moins formels et plus sympathiques. D'ailleurs, je pense que ce quota de 20% est idéal pour se concentrer; au-delà de 50%, ce doit être difficile de rester intégré à une équipe».

Un avis que partagent de nombreux adeptes du télétravail en Suisse. La Haute école spécialisée du Nord-Ouest de la Suisse (FHNW) a mené une enquête en ligne auprès de 473 personnes, principalement en Suisse alémanique. Selon ses résultats, 84% des personnes interrogées pratiquent régulièrement le télétravail. Mais seulement 23,4% d'entre eux ont fixé des règles pour encadrer leur temps de travail.

Calme et flexibilité sont plébiscités

Parmi les habitués du «Home office», le temps de travail se répartit en moyenne à 50% dans l'entreprise, à 20% à domicile, à 20% chez les clients et à 10% en déplacement. Quatre personnes interrogées sur cinq jugent leur marge de manoeuvre «grande» ou «très grande».

Parmi les avantages que soulignent les adeptes figurent notamment la possibilité de travailler sans être dérangé (95% des réponses), la flexibilité des horaires de travail (92%) et la réalisation de tâches impossibles à faire au bureau (88%).

Du côté des inconvénients, les échanges informels spontanés avec leurs collègues manquent à 54% des personnes interrogées. Ce besoin de relationnel, même hiérarchique, se retrouve dans le souhait exprimé de retrouver leurs collègues après deux jours de travail à domicile en moyenne, et leur chef après 4,5 jours.

Des chefs conquis par l'autonomie et la productivité

Ces chefs soulignent justement ces bienfaits du home office pour leurs collaborateurs. «Pour ceux qui apprécient d'avoir une grande autonomie et qui sont dirigés par objectifs, les défis liés à une plus grande responsabilité personnelle ne posent pas de problèmes», explique Petra Jenner, directrice générale de Microsoft Suisse.

Hans C. Werner, responsable des ressources humaines et membre de la direction de Swisscom, note quant à lui qu'une bonne utilisation du télétravail débouche sur une productivité plus élevée et un meilleur équilibre entre vie professionnelle et privée : «L'individualité doit avoir sa place dans la culture d'entreprise de Swisscom».

Source : bilan.ch





 

© Faites-des-euros-en-ligne.com - Notice légale - Tous droits réservés reproduction strictement interdite.